Les impacts de la technologie sur l’environnement

Les dernières décennies ont vu l’essor de technologies de plus en plus pointues et l’augmentation de leur utilisation au quotidien. Aujourd’hui, pas moins de 40 % de la population mondiale a accès à internet. Les ordinateurs et smartphones ne cessent d’être plus puissants, et l’évolution de cette technologie est toujours sur une pente ascendante. Mais à l’heure où la question de l’impact environnemental est prépondérante, sommes-nous réellement conscients de ce qu’implique une utilisation à grande échelle de ces nouveaux produits ?

 

Envoi de courriers électroniques et recherches sur internet

 

Nous avons tous effectué des recherches sur le web, envoyé des messages,sans connaître le cheminement qui les englobe. Devenu notre allié dans la vie de tous les jours, le web reflète cependant l’impact négatif de la technologie sur l’environnement. L’impact des systèmes informatiques est à 50 % induite par les utilisateurs, et à 50 % par le réseau et les data center réunis. L’utilisation est donc le principal facteur de l’impact d’internet. Du CO2 est émis pour chaque mail envoyé, de même lors de chaque recherche internet. Rapporté au nombre de recherches et d’envois par personne, puis multiplié par le nombre d’internautes, on atteint rapidement un bilan carbone significatif :pas moins de 609 millions de tonnes de gaz à effet de Serre (GES) sont relâchées dans l’atmosphère à cause de l’utilisation d’internet. Le dioxyde de carbone n’est cependant pas le seul élément touché par l’impact négatif de la technologie, l’eau en fait également partie. Essentielle pour refroidir les serveurs, supports physiques du traitement de l’information, pas moins de 8,7 milliards de m³ d’eau sont utilisés à cette fin chaque année.

On peut imaginer ce que l’utilisation et la fabrication du matériel consomme comme quantité astronomique d’électricité. Comme beaucoup de domaines, le problème de l’impact environnemental comprend de nombreuses variables qui se recoupent, et avec l’électricité vient la question de la gestion de l’énergie.

 

La fusion nucléaire : nouvelle source d’énergie

 

La fusion nucléaire consiste en la fusion de deux atomes en un plus gros s’accompagnant d’une forte émission d’énergie. Cette énergie peut être utilisée comme source d’électricité, sans limite de ressources puisqu’elle est obtenue à partir d’atomes. La fusion nécessite encore des améliorations dans sa maîtrise pour être exploitée, mais elle est d’ors-et-déjà considérée comme une source d’énergie durable. Son impact sur l’environnement n’est pas nul, mais est bien inférieur à celui des centrales actuelles. Aucun déchets de haute activité ne seraient rejetés, et il serait donc possible de les traiter efficacement. De plus, elle n’entraîne aucune émission directe de gaz à effet de serre.

La fusion nucléaire, nettement plus verte que les énergies fossiles représente aux yeux de la communauté scientifique un investissement pour le futur. Elle mène à une production d’énergie plus respectueuse de la planète, n’éliminant pas mais réduisant considérablement son impact négatif.

 

L’impact négatif de la technologie sur l’environnement est bien réel. De nombreux gestes tel débrancher sa box la nuit, limiter l’envoi de mails ou le visionnement de vidéos par internet, permettent de le réduire. La gestion des nouvelles technologies et la limitation de leur impact n’est pas impossible en agissant tous individuellement, chacun à son niveau.