Envoie de courriers électroniques et recherches sur internet

Aujourd’hui plus que jamais, la protection de l’environnement est une préoccupation majeure dans beaucoup de domaines et notamment la communication. Le papier est souvent pris en exemple et mis en relation avec la déforestation. Du coup, beaucoup préconisent de préférer les versions numériques de documents papier tels que vos relevés bancaires, prospectus, etc.
En revanche, ce que beaucoup ignorent c’est que l’utilisation des technologies internet a également un impact significatif sur l’environnement. En 2013, l’ADEME estimait que l’empreinte carbone liée à internet était équivalente à celle du trafic aérien.S’il fallait donner une définition à un courrier électronique, on pourrait dire qu’il s’agit d’informations envoyées d’un espace de stockage numérique privé à un autre. Cela implique donc un certain nombre de choses. Premièrement, les espaces de stockage que sont les boites mail de l’expéditeur et du destinataire sont stockés sur deux serveurs différents. Pour arriver jusqu’au destinataire, ces informations vont transiter par d’autres serveurs avant d’atteindre le bon.
L’ensemble de ces éléments, représente commission de moyenne de 20gr de CO² par courrier électronique. À cela, il faut également ajouter le temps de stockage de cet email sur la boite du destinataire, mais également sur celle de l’expéditeur (le plus souvent dans un dossier regroupant les mails envoyés). Multipliez ensuite cela par le nombre de mails qui circulent par jours et vous commencez alors à comprendre l’impact de ce système. Des solutions existent pour vous aider à réduire votre impact.

Mais le courrier électronique n’est pas le seul responsable de l’empreinte CO² lié à internet. Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il se passait quand vous effectuez une rechercehe internet? Essayons une nouvelle fois de poser une définition simple sur ce processus. Une fois que vous avez saisi votre recherche, le moteur de recherche va interroger ses bases de données pour trouver les sites qui y répondent le mieux. Mais l’ensemble de ces bases de données représentent une quantité énorme de données à trier. Si bien qu’on estime qu’une seule requête génère 7gr de CO&. Un internaute moyen effectue en moyenne 135 rechercehes internet par mois, et l’on dénombrait en mars 2017 3.7 milliards d’internautes dans le monde.

L’ensemble des émissions de CO² liées à l’envoi de courriers électroniques et aux rechercehes internet représente aujourd’hui entre 2% et 5% (en fonction des définitions des instituts en charge de ces études) de l’empreinte CO² de l’activité humaine. Il existe pourtant des habitudes simples qui permettraient de baisser sensiblement cet impact:
– Effacer régulièrement les mails que vous n’avez pas besoin de conserver (y compris les mails dont vous êtes l’expéditeur)
– Limitez vos inscriptions aux newsletters et désabonnez-vous de celles que vous ne lisez plus.
– Si vous connaissez l’adresse du site que vous voulez consulter, entrez-la directement dans votre navigateur sans passer par un moteur de recherche.