Informatique : une consommation d’énergie bien réelle au bureau

La consommation d’un poste de travail au bureau

Ce n’est un secret pour personne, la consommation énergétique d’un ordinateur au sein d’une entreprise, d’un commerce ou encore dans un foyer est un véritable challenge et représente un enjeu réel lorsqu’il s’agit de faire les comptes à la fin du mois. Cela est d’autant plus vrai dans le monde du travail, notamment au sein d’entreprise basée sur des équipements informatiques qui consomment de l’énergie et peuvent vite devenir voraces. Il convient dès lors d’établir et d’analyser certains chiffres concernant cette énergie consommée afin d’en tirer des solutions et des alternatives.

La consommation en énergie moyenne d’un ordinateur

La consommation électrique d’un ordinateur dépend avant tout de ses composants. En effet,un ordinateur est un ensemble d’éléments reliés à la carte mère et alimentés à travers l’alimentation du système. Chacun de ces composants affiche une consommation différente en fonction du rôle qu’il occupe mais également en fonction de sa gamme (entrée, milieu ou haut de gamme).

Ainsi, différentes parties d’un ordinateur sont à prendre en considération pour avoir des retours exploitables et surtout réels. Pour un pc de bureau, la configuration est généralement basique et pas forcément très sophistiquées, le but étant d’effectuer des tâches bureautique et non de faire tourner des programmes extrêmement gourmands (à l’image des logiciels d’architecture, d’éditing ou encore les jeux vidéo). On retrouve donc généralement les composants suivants :

  • Alimentation
  • Carte-mère
  • Processeur
  • Disque(s) dur(s)
  • Mémoire RAM
  • Ecran(s)
  • Clavier, souris et haut-parleurs
  • Éventuellement d’autre périphériques (scanner, imprimante, … etc)

Ces composants consomment différemment si ils sont en veille ou en charge. À titre d’exemple, un ordinateur de bureau classique, avec un seul disque dur, une alimentation de 350 W et une carte graphique intégrée consomme en moyenne 45 W en pleine charge et 24 W au repos (ces moyennes ont été obtenues à partir d’évaluations réalisées à l’aide d’un outil professionnel. Elles peuvent donc varier de quelques Watts selon la marque des composants utilisés). Il ne dépasse pas les 5W en veille.

Mais ces mesures ne prennent en compte que l’unité centrale et non les différents périphériques qui lui sont rattachés. Ainsi, en prenant en compte l’écran, le clavier, la souris, les haut-parleurs, un scanner et une imprimante, les chiffres sont plus élevés. On atteint donc les 88 W en charge pleine (soit près du double) et environ 40 à 45 W au repos. Une fois en veille, tous ces équipements consomment un peu moins de 15 W.

Un défi pour les constructeurs de matériel informatique

Au fil des ans, les constructeurs de matériel informatique innovent et tentent de proposer sur le marché des équipements qui consomment de moins en moins d’énergie. Intel, Nvidia et AMD avec leurs processeurs et leurs carte graphiques, Western Digital, Seagate ou encore toshiba avec leurs disque durs, Antec, Corsair avec leurs alimentations : tout ce beau monde œuvre afin de repousser les limites de la technologie en termes de performance et de consommation.

Ainsi, en quelques années, l’énergie consommée par ces appareils n’a cessé de baisser jusqu’à atteindre un seuil minimal impressionnant surtout comparé à ce même type de machines quelques années auparavant. En consultant ce lien ou encore celui-ci vous pourrez constater que la consommation a fait un bond impressionnant et se voit aujourd’hui pratiquement divisée par deux.

Grâce à l’aide des constructeurs et à travers l’intégration d’éco-gestes intelligents dans notre quotidien, faire baisser la facture d’électricité ne sera plus un défi complexe mais une réalité.

 

Partages 0